initiale_L

Glossae Scripturae Sacrae-electronicae (Gloss-e)


<30. *Cantica*>

© Martin Morard edidit, Parisiis, Feria secunda in Albis, 18.04.2017.

Textus Bibliae :

Version de Rusch ; sont rejetées en apparat les leçons propres de Weber (Edminor. Edmaior.) et du texte biblique de CM22 [= CM22H, choisi comme texte de base par M. Dove].

Weber = Biblia vulgata, ed. Weber-Gryson, Stuttgart, 1994, p. 997-1002.

Testes collati :

Rusch = t. 2, Erfurt, t. 3, f. 28ra-36va ; facsim., t. 2, p. 707a-724a. [texte de base]

CM22 [Lien vers la numérisation] = textus editionis Glossae ordinariae. Pars 22. In Canticum canticorum, ed. M. Dove, CCCM 170.22, Turnhout, 1997.

CM22B CM22H CM22L CM22N CM22P CM22S CM22T CM22V = sigles des témoins retenus dans CM22 pour l’établissement du texte de la Glosa ordinaria (cf. ibid. p. 10-21, 50-53) ; voir détails dans gloss-e : Instrumenta : Codices… allegati [Lien vers la numérisation] .

Glosa :

Le texte de la Glose est celui de Rusch, complété par les gloses additionnelles éditées dans les apparats de l’édition CM22.

La numérotation de l’édition CM22 est reprise, mais l’ordre des gloses est celui de la continuatio textus rétablie (autrement dit : conformément à la ratio editionis adoptée ici pour toute la Glose [Lien vers la numérisation] , les sentences marginales et interlinéaires sont insérées à la suite du lemme biblique qu’elles explicitent, selon l’ordre proposé par Rusch, corrigé en fonction du sens quand celui-là l’impose). Pour le détail des variantes textuelles, se reporter à CM22 (nous n’avons pas retenu les leçons mineures qui ne sont attestées que par un seul témoin).

Les gloses précédées du sigle « + » sont soit des gloses omises par Rusch, soit des gloses rejetées en apparat par CM22.

Les variantes mineures, spécialement celles qui ne sont attestées que par un seul témoin, n’ont pas été reportées.

Lorsqu’une version (manuscrit ou édition) divise une sentence en plusieurs gloses le numéro des sentences associées est indiqué. Nous n’avons pas cru nécessaire d’indiquer tous les différents lemmes auquel une sentence peut être associées, ni les regroupements de sentences attestés dans certains témoins. On pourra se reporter pour cela aux apparats de CM22.

Le lecteur moderne doit avoir présent à l’esprit le fait que la mise en page glosée médiévale, avec sentences ‘flottant’ autour du texte dans la marge et l’interligne, est un facteur d’instabilité. D’un exemplaire à l’autre, une sentence peut glisser d’un lemme à l’autre. Cela implique la possibilité de plusieurs associations entre lemme biblique et gloses, même en présence de lemme d’appel ou de signes de renvoi (exceptionnels dans les témoins de la Glose ordinaire). Sauf exceptions, notre édition reproduit l’ordre des gloses de l’édition princeps et ne signale pas les variations simples concernant la place d’une sentence dans les témoins collationnés.

Fontes :

Pour les sources, se reporter aux apparats de CM22.La source principale de cette version de la Glose sur la Cantique semble être le commentaire de Bède le Vénérable, dépendant lui-même des traduction latines par Jérôme et Rufin des Homélies et du commentaire sur le Cantique d’Origène. Nous n’avons identifié que les sources qui semblaient devoir être explicitées ou corrigées par rapport à CM22.


Comment citer cette page ?
Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT-CNRS), « Glossa ordinaria cum Biblia latina, <30. *Cantica*> » , dans Morard Martin (dir.), Glossae, gloses et commentaires de la Bible au Moyen âge, 2016 (permalink : ). Consultation du 25/07/2017.