Catena aurea

<55.1 Epistola dedicatoria ad Urbanum quartum>

prol.| {CMTep.1} Sanctissimo 1 ac reverentissimo 2* patri 3 domino Urbano, divina providentia pape quarto, frater Thomas de Aquino, ordinis fratrum predicatorum, cum devota reverentia, pedum oscula 4* beatorum.a
a ¶Nota : L’édition qui suit n’a d’autre ambition que de traduire un principe herméneutique reçu de notre maître Jean-Pierre Torrell: les non-dits des commentaires bibliques médiévaux sont aussi importants que ce qu’ils expriment. Dans le cas de la Catena, le génie de Thomas tend à faire oublier le travail impressionnant d’une équipe d’ouvriers de l’ombre auxquels il convient de rendre ici hommage comme à celles et ceux qui ont participé à la présente édition. Ils ont aidé Thomas à rassembler, copier, traduire, mettre en fiches ou en dossiers, comparer et critiquer une documentation en apparence réduite (moins de 50 autorités nominales déclarées), mais en réalité pléthorique, redondante et aux ramifications impressionnantes. Le recours à la Glose ordinaire latine d’abord, à ses équivalents byzantins dans un second temps, les a conduits à enrichir cette documentation mais aussi à en identifier les sources, sans négliger d’autres intermédiaires de la tradition des héritages anciens. La dédicace à Urbain IV, ancien archidiacre de Laon, patrie de la Glose ordinaire, évoque à peine ces va-et-vient quand elle précise qu’on réservera le lemme « Glossa » aux sentences ajoutées « aux paroles des autorités certaines – certi auctores ». Thomas s’inscrit de la sorte dans les pas de Pierre Lombard (+1160) dont la Magna Glossatura relevait d’une démarche similaire, explicitée par la préface de son éditeur médiéval Herbert de Bosham vers 1175 . En inscrivant ce principe dans la phrase même qui mentionne le mandat pontifical (CMTep6), Thomas associe son œuvre à l’ambition de procurer ipso facto à l’enseignement de la Théologie – c’est-à-dire à l’explicitation des Ecritures - une nouvelle version de la Sacra Pagina, destinée à supplanter la Glose ordinaire sur les évangiles, comme la Magna Glossatura avait remplacé la Glose de Laon sur les Psaumes et le corpus paulinien. Les grands maîtres de la Sacra Pagina ne sont pas ceux qui se sont contentés de la commenter. Ce sont d’abord les glossateurs qui ont établi le patrimoine de Tradition en rédigeant les sentences destinées à encadrer la réception ecclésiale de l’Ecriture dans les marges des bibles glosées qu’ils commentaient ensuite. C’est à ce titre que la Catena a voilé, sous le lemme Glossa que nous développons volontairement par Glossa<tor>, des sentences empruntées moins souvent à la Glose ordinaire qu’à Anselme de Laon, à Pierre Lombard et... à Thomas lui-même. Celui-ci a commenté les évangiles de Matthieu et de Jean – dont on ne conserve que des reportations - en lisant in aula la Sacra Pagina à partir de sa propre Catena, ancêtre magistrale des pâles exempliers de la pédagogie moderne. [Martin Morard, 28 août 2021, fête de saint Augustin – 24 juin 2022, Nativité de saint Jean-Baptiste]
1 Sanctissimo] Math<eu>s prologus praem. Gr378, Incipit prologus fratris Thome super Mattheum praem. Pa1, Divi Thome Aquinatis continuum in librum Evangelii secundum Mattheum Ed1470, Proemium angelici doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis predicatorum ad Urbanum papam quartum in librum quattuor evangelistarum praem. Ed1494, Epistola dedicatoria ad Urbanum patrem piissimum quartum praem. Ed1953, | patrem piissimum scrips. ] PP. Ed1953
2 reverentissimo Li446 Na19 Pa1 To108] reverendissimo Arag2 Ox19147 Ed1657 Ed1953
3 patri] + ac Di72
4 oscula] -lo Ed1953
prol.| {CMTep.2} Fons sapientie, unigenitum Dei Verbum presidens 5 in excelsis, per quod Pater sapienter fecerat et suaviter disposuerat universa, in fine 6 temporum carnem sumere voluit, ut 7 , sub tegumento nature corporee, splendorem eius 8 humanus intuitus posset inspicere quem 9 in celsitudine 10 maiestatis divine 11 attingere non valebat. Diffuderat siquidem radios suos, sapientie videlicet sue indicia 12 , super omnia opera 13 que creavit; quodam vero ampliori 14 privilegio imaginem propriam hominum animabus impresserat, quam tamen 15 diligentius 16 expresserat in cordibus ipsum amantium secundum sui muneris largitatem.
5 presidens Li446 Arag2 Na19 T46² To108 Ed1953 ] residens T46* Ed1657
6 fine Li446 Arag2 Na19 To108 Ed1953 ] finem T46
7 ut] om. Na19
8 eius] huius Na19
9 quem Na19 Ed1657 Ed1953 ] quam Li446, q’. To108
10 posset inspicere , quem in celsitudine] in excelsitudine inspicere quoniam Md214 | celsitudine] celsitudinis Gz378
11 m. d.] inv. To108
12 indicia] iudicia Ox19147
13 opera] om. Md214
14 quodam vero ampliori] opera vero ampliori quodam modo Md214
15 quam tamen Li446 Na19 T46 To108 Ed1953] quantum Arag2 As115 Ed1470
16 diligentius] dileigentibus Gz378
marg.| {CMTep.3} Sed quid 17 est hominis anima in tam immensa creatura, ut divine sapientie vestigia possit comprehendere ad perfectum 18*? Quinimmo et sapientie lux infusa hominibus per peccati tenebras et occupationum temporalium caligines 19 fuerat obumbrata; et intantum est quorumdam 20 ‘cor insipiens 21 obscuratum’ b  , ut Dei gloriam 22 in idola vana 23 converterent, et que non conveniunt facerent 24 , in sensum reprobum incidentes. Divina vero sapientia, que ad sui fruitionem hominem fecerat, eum 25 sui 26 expertem 27* esse non sinens 28 , totam 29* se in 30 humanam naturam contulit, eam modo sibi assumendo mirabili, ut errantem hominem ad se totaliter revocaret.
b Cf. Rm. 1, 21.
17 quid Na19 To108] super ras. Li446
18 perfectum Li446 Na19 Ed1657 ] pfcm To108 , perfectionem Ed1470 Ed1953
19 caligines] om. To108
20 quorumdam] corumdam Gz378
21 insipiens] inspiciens Ed1470
22 gloriam] gratiam Md214
23 vana] vata Pa1
24 facerent] faceret Gz378
25 eum Li446 Arag2 Na19 To108 Ed1657 Ed1953 ] ē T46* (al. m. eras. et corr. marg.)
26 sui Li446 To108] om. Na19
27 expertem Li446 Na19 To108 Ed1657] inexpertem Arag2 Ed1953
28 sinens] sinem cacogr. Md214
29 totam] totum Arag2 Ed1470 Ed1657 Ed1953
30 se in] om. Pa1
prol.| {CMTep.4} Huius igitur sapientie claritatem nube mortalitatis ⸢velatam, primus apostolorum princeps fide conspicere meruit 31 , et eam constanter absque errore et plenarie 32 confiteri, dicens: « Tu es Christus filius Dei 33 vivi » c  . O beata 34 confessio, quam non caro et sanguis sed Pater celestis revelat. Hec in terris fundat Ecclesiam, aditum prebet in celum, peccata meretur solvere et contra eam porte non prevalent inferorum.
c Mt. 16, 16.
31 velatam primus apostolorum princeps fide conspicere meruit] velata (!) primus… meruit praem. Md214
32 absque errore et plenarie] ac plenarie absque errore Ed1953
33 filii Dei] inv. Md214
34 O beata] oblata Pa1
prol.| {CMTep.5} Huius igitur fidei ac 35* confessionis heres legitime, sanctissime pater, pio 36 studio mens vestra 37 invigilat ut tante sapientie lux et 38* fidelium corda perfundat 39 et hereticorum confutet insanias, que per portas 40* inferorum merito designantur 41 . Sane si, secundum Platonis sententiam d  , beata censetur 42 res publica cuius rectores operam sapientie dare contigerit, illi siquidem sapientie 43 quam imbecillitas intellectus humani 44 erroribus plerumque 45 commaculat 46 , quanto magis sub vestro 47 regimine beatus censeri 48 potest populus christianus, ubi tanta diligentia excellentissime illi sapientie curam impenditis, quam Dei sapientia carnalibus membris induta et verbis docuit et 49 operibus demonstravit?
d Cf. Boethius , Philosophiae consolatio, 1, 4, CCSL 94, p. 7.15-17: «Atqui tu hanc sententiam Platonis ore sanxisti beatas fore res publicas, si eas vel studiosi sapientiae regerent vel earum rectores studere sapientiae contigisset». <cuius fons>   Plato, Republica, 473c-d, 487e.
35 ac] et Ed1657
36 pio] pro Arag2 Ed1657
37 vestra] nostra Arag2 Di72
38 et] om. Arag2 Ed1470 Ed1657 Ed1953
39 perfundat] profundat Gz378 Pa1
40 per portas] portae Arag2 Ed1657 Ed1953
41 designantur Arag2 T46 To108 Ed1953 ] designatur Li446
42 beata censetur] beatetur cacogr. Pa1
43 dare ... sapientiam] om. hom. T46 *
44 imbecillitas intellectus humani] inbecillitatis intellectus humanam Md214
45 plerumque] plurimum T46
46 commaculat] immaculat Arag2
47 vestro] nostro Gz378 Arag2 Di72 Ed1470
48 censeri] cenceri Pa1
49 et] om. T46*
prol.| {CMTep.6} Ex 50* huius siquidem 51 diligentie studio vestre sanctitati complacuit mihi committere Matthei evangelium exponendum, quod iuxta propriam facultatem executus, sollicite ex diversis doctorum libris predicti evangelii expositionem continuam compilavi, pauca quidem 52 certorum auctorum e verbis, ut 53 plurimum ex glossis, adiiciens que, ut ab eorum dictis possent discerni, sub ‘Glosse’ titulo prenotavi.
e <Paral. Thomae de Aquino> Super Evangelium Matthaei reportatio, cap. 2, lectio 2, Marietti 180 : « Sed ad habendam certitudinem de aliquo tria requiruntur ab inquirentibus: creditur enim multitudini, auctoritati et litteratis ».
50 Ex] Et Arag2 Ed1470 Ed1657 Ed1953
51 siquidem] quidem Ed1657
52 quidem] siquidem To108 , quidem in Ed1657
53 ut] vel Na19
prol.| {CMTep.7} Sed et 54 in sanctorum 55 doctorum dictis, hoc adhibui studium ut singulorum auctorum nomina necnon 56 in quibus habeantur libris 57* assumpta 58 testimonia describatur 59*, hoc excepto quod libros expositionum 60* supra loca que exponebantur non oportebat specialiter designari, puta sic ubi nomen inveniatur ‘Hieronymi 61 ’ - de libro mentione non facta - datur intelligi quod hoc dicat ‘super Mattheum’; et in aliis ratio similis observetur nisi hiis que 62* de commentario Chrysostomi super Mattheum sumuntur 63 oportuit ascribi 64* in titulo ‘super Mattheum’ ut per hoc ab his 65* que sumuntur de ipsius homiliario 66 distinguantur.f
f ¶Nota : La méthode annoncée ici n’a pas été appliquée de manière uniforme dans toute la Catena. Dans la CMT, elle ne s’applique que dans les parties de l’évangile de Matthieu couvertes par l’Opus imperfectum. Là où l’évangile de Matthieu n’est pas commenté par l’Opus imperfectum, le lemme « Chrysostomus » (sans titre) renvoie aux homélies authentiques de Chrysostome. Dans le reste de la Catena et pour les autres auteurs, par souci de clarté, le principe d’économie fait l’objet de nombreuses exceptions. Lorsque plusieurs sentences extraites d’autres oeuvres d’un même auteur se suivent, la Catena répète alors parfois le lemme complet du commentaire de l’évangile en cours, v. g. « Hieronymus. Super Marcum », etc. Voir M. Morard , Famosus Glossator. Prolégomènes à une édition critique de la Catena aurea, t. 1 (chap. « La ‘fabrique de la Catena ») ; t. 3: catalogue des sources: « Chrysostome latin » (en préparation). [MM2021]
54 et] om. To108
55 sanctorum Li446 Na19 To108 Ed1953 ] latinorum Ed1657
56 necnon] hec non cacogr. Md214, omnino Pa1
57 libris Li446 Arag2 Na19 T46 To108 Ed1657 ] libri Ed1953
58 assumpta] om. Gz378
59 describatur] describantur Arag2 Ed1470 Ed1657 Ed1953
60 libros expositionum Li446 Arag2 Na19 To108] librorum expositionum T46 , libros et expositionem Ed1657 Ed1953
61 Hieronymi] Ieronimi Li446 To108 , Iero. Na19 , Iero<nym>us Pa1
62 his que] hiis que As115 To108 , quod in his quae Ed1657, in his quae Ed1953 , hiis qui Li446 Md214 T46
63 sumuntur] om. Gz378
64 ascribi] inscribi Arag2 Ed1470 Ed1657 Ed1953
65 his] scrips., hiis Li446 Na19 To108, aliis Ed1470 Ed1953
66 homiliario Ed1657 Ed1953 ] scrips., (h)omeliario Li446 Ox19147 Na19 Arag2 T46 To108
prol.| {CMTep.8} In assumendis autem sanctorum testimoniis, plerumque 67 oportuit aliqua recidi 68* de medio ad prolixitatem vitandam necnon ad manifestiorem sensum, vel, secundum 69 congruentiam expositionis littere, ordinem commutari; interdum etiam sensum posui 70 , verba dimisi, precipue in homiliario 71 Chrysostomi, propter hoc quod est translatio vitiosa g.
g ¶Nota : Thomas vise ici directement la traduction de Burgundio de Pise, juriste bolonais, qui mit à disposition de la théologie latine les homélies de Chrysostome sur Mt. et Io. que la Catena va systématiquement mettre à profit. Le qualificatif vitiosus ne doit être surinterprété. Le mot ne désigne pas nécessairement quelque chose d’erroné – ce qui n’est que rarement le cas de la traduction de Burgundio, très littérale – mais quelque chose d’obscur ou de peu intelligible – ce qui est souvent le cas des traductions trop littérales de Burgundio. C’est en ce sens que l’utilise Jérôme dans sa préface générale sur les évangiles qui faisait partie intégrante du texte de la Bible latine au Moyen Âge: «Sin autem veritas est querenda de pluribus, cur non ad Grecam originem revertentes, ea que vel a vitiosis interpretibus male reddita vel a presumptoribus imperitis emendata perversius vel a librariis dormitantibus aut addita sunt aut mutata corrigimus?» ( Hieronymus, Praefatio in evangelio, Biblia... Vulgata, ed. Weber, p. 1515.12-15). Les traductions effectuées sous la direction de Thomas se rapprochent plutôt de l’esprit des traductions de Jérôme. L’un et l’autre préfèrent l’intelligibilité et la syntagmatisation latine des textes traduits ; tous deux rejettent la transposition littérale telle qu’on peut l’observer chez Burgundio, spécialement dans sa traduction des homélies de Chrysostome sur Matthieu. Plus que Jérôme, Thomas réussit à associer la fidélité au grec à la clarté. A la différence de Jérôme, Thomas évite le vocabulaire recherché, les tournures précieuses et les effets de styles. Enfin il faut noter que, contrairement à ce qui a été affirmé jusqu’ici, les sentences chrysostomiennes de la CMT extraites des traductions de Burgundio, très fortement remaniées, ont probablement fait l’objet d’une révision rapide sur le grec par un collaborateur inconnu avant la diffusion de la Catena. Si tel n’était pas le cas, il faudrait admettre que Thomas d’Aquin a bénéficié d’une assistance surnaturelle spéciale en vue de modifier, presque sans contre-sens, le vocabulaire et la syntaxe des traductions de Burgundio. Les apparats de la Catena aurea electronica ont été conçus pour permettre aux lecteurs d’en juger par eux-même et, je l’espère, d’aider l’éditeur à corriger ou nuancer ces remarques. Pour plus de détails, cf. M.   Morard , Famosus Glossator, t. 1 : Les traductions. [Martin Morard 2021]
67 plerumque] plurimum T46
68 recidi] recindi Di72 Md214 (reddi cacogr.) Na19 Pa1 , rescindi Gz378 Arag2 To108 Ed1470 Ed1657 Ed1953
69 secundum] sed Li446 (cacogr.)
70 posui] proposui Pa1
71 homiliario T46 Ed1657 Ed1953 ] scrips., (h)omeliario Li446 Md214 (homelia nô cacogr .) Na19 Ox19147, To108 , omelia Arag2
prol.| {CMTep.9} Fuit autem mea 72 intentio in hoc opere non solum sensum prosequi litteralem sed et 73* mysticum ponere; interdum etiam 74 errores destruere necnon et 75*confirmare catholicam veritatem. Quod quidem necessarium fuisse videtur quia in evangelio precipue 76 forma fidei catholice traditur et totius vite regula christiane 77 . Prolixum igitur 78 presens opus non 79 videatur alicui. Fieri enim non potuit ut hec omnia sine diminutione prosequerer et tot sanctorum sententias explicarem h , omnimoda brevitate servata.i
h ¶Nota : La Catena réunit quelque 12’837 sentences que leurs lemmes attributifs placent sous l’autorité de 20 témoins de la tradition latine (54) et de 23 témoins de la tradition orientale (42), inégalement répartis entre les quatre évangiles. La tradition orientale est exploitée à partir de sources pour partie déjà accessibles en latin (46 des sentences attribuées à des auteurs d’expression grecque), et pour partie traduites pour l’occasion (54 des sources grecques). Les nouvelles traductions exploitent le matériau de deux chaînes byzantines et de trois auteurs seulement en tradition directe: Théophylacte, Origène sur Jean et Basile de Césarée. Les notes de l’édition rétablissent la vérité des attributions et font remonter à la surface des influences profondes ignorée de Thomas. Il a souvent cité sous le nom d’autorité connues les expressions d’autres auteurs que leur avaient associées les caténistes traduits. En vrai serviteur de la doctrine évangélique, il sait qu’à trop éliminer les vieux rameaux on pousse le bois mais on nuit aux fruits. Comment s’abreuver aux sources si on brise les fontaines ? Il n’a donc pas cherché à séparer le grain des Pères de leurs réécritures tardo-antiques, carolingiennes ou médiévales. Au contraire. Il a entendu leurs répétitions comme des insistances ; il a perçu leurs échos successifs comme le déploiement des harmoniques de la vérité à défendre et à exposer. Voilà pourquoi dans la Catena, si les Pères avancent masqués, l’Evangile n’en est que plus manifeste. Et tant pis pour la critique historique qui ne fait que mettre en lumière - quand bien même elle y verrait une ombre - ce principe fondamental de l’herméneutique catholique. Dans le concert de la Tradition, il n’y a pas d’âge d’or. L’identité des individus importe moins que le consensus de la foi. Les échos et les armoniques tardives importent autant que la voix des origines dès lors qu’ils vibrent à l’unisson. Glossateur et théologien, Thomas rappelle aux « gardiens de la Tradition » que c’est ce consensus et l’harmonie du choeur qui est l’unique loi, l’unique coryphée susceptible de confirmer ses frères dans la foi.
i ¶Nota : Thomas rappelle ici les trois missions fondamentales de la théologie en tant qu’elle accompagne les trois moments de la Réception ecclésiale de la Révélation : 1° via inventionis: accueil par l’intelligence historique et herméneutique de la Révélation transmise par la Tradition de l’Eglise (sensum ponere), 2° via negationis: appropriation sélective du donné par élimination des interprétations incohérentes avec les données des héritages anciens et avec celle de la foi du sujet récepteur (errores destruere), 3° via propositionis: transmission de la doctrine évangélique pour qu’elle devienne le socle de l’unité ecclésiale à construire et projeter dans l’avenir. Dans ce contexte, le choix de mysticum pour désigner les sens seconds de l’Ecriture n’est pas un hasard. Au sens littéral qui fonde l’expression authentique de la foi (forma foi) répond le sens ‘mystique’, c’est-à-dire l’Ecriture, dans la mesure où elle porte l’homme à se conformer au modèle de l’humanité du Christ pour devenir membre de l’Eglise, cette ‘projection sociologique’ de Jésus-Christ, répandu et communiqué dans l’espace et le temps.
72 mea] ea T46* (al. m. post. corr.)
73 sed et] sed T46 , verum etiam Ed1657, sed etiam Arag2 Ed1470 Ed1494 Ed1953
74 etiam] om. Md214
75 et] om. Arag2 Ed1470 Ed1494 Ed1657 Ed1953
76 precipue] om. T46
77 christiane] + habetur Ed1657
78 igitur] enim Pa1
79 non] ne Gz378
interl.| {CMTep.10} Suscipiat itaque vestra Sanctitas presens opus, vestro discutiendum 80 corrigendumque iudicio, vestre sollicitudinis et obedientie mee fructum ut - dum a vobis emanavit preceptum 81 et 82 vobis reservatur 83* finale 84 iudicium - “ad locum unde exeunt flumina revertantur”j A k.



Comment citer cette page ?
Martin Morard et alii, ed., Thomas de Aquino. Catena aurea (Mt. ), in : Sacra Pagina, IRHT-CNRS, 2024. Consultation du 21/05/2024. (Permalink : https://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/editions_chapitre.php?id=catena&numLivre=55&chapitre=55_Prol.1 Epistola dedicatoria ad Urbanum quartum)

Notes :