Préfaces aux épîtres de Paul traduites du grec par Guillaume Le Mire, abbé de Saint-Denis en France, à l'intention d'Herbert de Bosham

page créée par Martin Morard le 20.10.2022, mise à jour 6.3.2023


Le dossier

Questions chronologiques

Le traducteur

Les textes grecs traduits

Le manuscrit grec source de la traduction

L’édition du texte latin

L’édition du texte grec




Le dossier

1.         Parmi les pièces ajoutées aux manuscrits solennels de la Grande Glose de Pierre Lombard édités par Herbert de Bosham figure une lettre, non datée, de Guillaume Le Mire, abbé de Saint-Denis en France de 1172 à 1186, adressée à Herbert de Bosham. Elle lui annonce l'envoi de la traduction latine de plusieurs préfaces grecques aux épîtres de Paul contenues dans les archives de l'abbaye où Herbert avait repéré à l'occasion d'une visite, une pièce liminaire générale sur le corpus paulinien, intitulée hyponima, dont il lui avait demandé la traduction. Cette hyponima met en relation les étapes de l’apostolat paulinien et les thèmes des épîtres rédigées au fil de ce parcours.

2.         Des 15 hypotheses ad epistolas Pauli dont Guillaume le Mire annonce avoir entrepris la traduction, seules huit - Rm. 1Cor. 2Cor. Gal. Eph. Phil. Col. Hbr. – semblent avoir été adressées à Herbert en guise de prélude : quasi quibusdam preludiis (ep. dedic. § 4).

<59.2>Guillelmi Medici epistola ad Herbertum de Boscham de hypothesibus epistolarumPauli

<59.3>Hyponima scolasticum temporis quo beatus Paulus predicavit evangelium super celestis vite

<60.2>Hypothesis epistolae ad Romanos

<61.2>Hypothesis epistolae primae ad Corinthios

<62.2>Hypothesis epistolae secundae ad Corinthios

<63.2>Hypothesis epistolae ad Galatas

<64.2>Hypothesis epistolae ad Ephesios

<65.2>Hypothesis epistolae ad Philippenses

<66.2>Hypothesis epistolae ad Colossenses

<73.1> Hypothesisepistolae ad Hebreos

3.         Guillaume déclare les avoir traduites, en gage « du vrai amour, toujours prêt à offrir plus que ce qui est attendu » (§ 4). Elles ne faisaient donc pas partie du projet d’Herbert qui n’avait sollicité Guillaume qu’au sujet de l’hyponima (§ 4). Herbert ne fait aucune mention des préfaces traduites par Guillaume dans sa propre préface (§ 2) ; il ne les publie pas non plus en tête des épîtres concernées. La constitution du dossier de Guillaume Le Mire est donc probablement postérieur à la rédaction de la Grande Glose.

Questions chronologiques