Commentaires de la Glossa media attribués à Nicolas d'Amiens (fl. 1187 - †1191), disciple de Gilbert de la Porrée

page créée par Martin Morard le 22.6.2023, mise à jour le 23.6.2023

Nicholaus qui pro dignitate sua archanis Pictavensis episcopi sententiis, ut digni intromittantur ad eas, lucem plene expositionis infudit

Valenciennes, Bibliothèque municipale, 197 (189, f. 5)

Nicolaus Ambiatensis (?) (fl. 1187-1191) – sec – France

Al. D’Amiens. – Né en 1147; disciple de Gilbert de Poitiers, représentant de la théologie axiomatique du 12e s., auteur de l’Ars catholicae fidei. Sa régence parisienne est à prouver selon Glorieux ; l’attribution des commentaires bibliques est également conjecturale (voir infra).

1° Anon., In Glosa media (Ps.1-77)

Inc. prol. (d’après Ottob863) : Ad intelligentiam huius propositi videndum est que sit materia huius libri, quis modus agendi… ⇒ vers l'édition du prologue

Ps. 1: Hoc opus edificium est sancti Spiritus… ad quos pertinet agemus [dicemus p.corr.]

Ps. 26: David tum unctus fuisse legitur primo in domo patris sui gesse sive Ysai. Binomius enim pater eius fuit. Set hec unctio fuit non ut statim regnaret set ut ipsum regnaturum promiteret post mortaem autem Saule secundo unctus est…

Ps. 38: Agitur in hoc psalmo de transilenti (!) qui neglectis humanis illecebris evolat ad superna. Unde Psalmus iste recte sequitur post premissum ubi penitens eterni sabbati ipsum affectabat et ab afflictione qua premebatur exire orabat anelans ad eternitatem. Ecce habemus materiam. Modus agendi et intentio et titulus [9 lignes blanches]. Filios Asaph multo plus primam in instructionem Asaph iam mortuo forsitan…

Ps. 50: Materia huius psalmi est penitens David et eius penitencia de qua in hoc psalmo agit ipse David hoc fine ut proponat se in exemplum spei et timoris…

Ps. 51: Due sunt civitates, altera bonorum, altera malorum sive alio nomine corpus bonorum et corpus malorum, utrumque quorum caput habent boni Christum, mali Antichristum. He ergo civitates materia sunt huius Psalmi. De his enim propheta agit et hoc fine ut confortet fideles ne credant set viriliter perseverent set hoc fecit maxime [1/3 l. blanche] illorum qui erunt in tempore Antichristi. Modus patet. Titulus est Intellectus David, Dei g<e>n<eri>s [gñs]. In fine qui sunt de his que intellexit prefigurari David Convenit de ec (!) etc. emissariis quorum erat officium reos interficere; apice idest titulo quod superponentes aut supponentes aut post aut anteponentes eidem figure et eam diversas litteras esse favebant. Ergo scilicet quia mystice intelligendum est, vidende sunt interpertationes nominum ex quibus mysticus sensus perpendebatur. Abedon dictus Idumeus. Appentunt quia ideo dicitur quoniam penes hominem fuit causa et meritum mortis. Hic David ad permanendum ut ex eo omnes reges futuri essent. Sacratum idest inter sacra Templi repositum ut ibi semper essent. Homines non deificati sicut herati venisse Christum mentientes se esse messiam contrarie patris idest bonis preceps quod ratio non regit vel celare idest saltem celare quod lingua Deo quasi verba illa sunt lingua Deo intendentes prophetico sermoni idest verba prophetie implentes. Hominem vocat ne quis eum putet esse Deum. [fin du Ps. 51]

Ps. 52: Psalmus iste cum precedenti consonat. Materia et fere habemus eadem que quatordecimus (!). <Psalmus> Verba agit enim propheta in hoc psalmo de corpore Christi et malorum…

Ps. 62 (explicit Ottob863) : [4 l. blanches] In medio idest dum in hac peregrinatione munimus (?) bonis operibus insistamus quia … – … quare? Cum est optiosus. Oportet de eo cogitare quod rare contingit. Quid igitur in prosperitate reminiscatur et tamen propheta dicit: Si memor etc. et subiungit c’ã///

Ps.77 (explicit Alençon, BM 22 selon RB): … adultos. Aetate, ut vituli vel fideles.

Note:

Commentaire lemmatique bref, probablement recueil des scholies marginales d’une exemplaire annoté de la Glossa media dont le lemme est soigneusement souligné dans Ottob863 (Ps. 50 = 1col. 1/3; Ps. 51 entièrement transcrit ici). L’auteur est un clerc séculier ou un chanoine et il s’adresse à des confrères, comme l’indique la description de l’office de matines à neuf leçons In Ps. 12 f. 21rb: «Unde et nos nocturno cantu matutinarum noctem que sub lege fuit significantes […] post nonam lectionem […] nos clamamus Te Deum laudamus.» S’adresse à un auditoire: Nos… dico, dicimus etc.

Le Repertorium biblicum suggère que le début du prologue a été amputé de «un f. environ» dans les deux manuscrits ou leur modèle. Mais ce prologue n’est en fait que le commentaire lemmatique de celui de la GGP. Il est possible qu’il n’y manque donc rien, sinon l’incipit Christus integer de la GGP que les copistes ont évité de reproduire pour éviter la confusion avec celle-ci.

Sources :  Outre la Glossa media, on observe la forte influence des classiques latins, notamment de Virgile et de l’Ennéide, cités dans le prologue, cas unique dans les prologues sur les Psaumes étudiés pour la Harpe des clercs.

Recours aux exempla: In Ps. 12 (Ottob863 f. 20rb-20va): «Fixum odium proximi. Quod fixum dicitur sicut eo a vita recedit, quod ita fixum est peccatum contra Spiritum Sanctum, in quodcumque aliud peccatum [lac. in pergamine] de quo, propter desperationem vel presumptionem, venia cum posset peti, non petitur, sicut de quodam dicitur qui manens in nemore quodam, cum transeuntes deprediri consuevisset et venationibus studens super omnia gule sue, semper indulsisset. Contigit eum tandem ad mortem [montem ms.] infirmari. Quem visitans religiosus quidam cepit eum corrigere, ad penitendum monere, ut sicut usque tunc fuerat intentus in cura corporis, ita, de cetero, totus esset in cura anime. Qui respondit se totum fuisse in cura anime semper. Quicquid enim cure de pastu corporis habuerat, propter animam retinendam totum hoc fecerat. Ideoque cum ipsa [ipa?] eo nolente volet recedere, nunquam amplius habiturus esset curam de ea. Sed ex quo volebat hoc, ipsa, statim ab eo recederet in partem Sathane mansura. In hoc ergo patens erat sive odium proximi sive quodcumque illud peccatum de quo nondum veniam petierat, tunc in eo esse fixum. Ideoque in nullo eorum est orandum».

Attribution à:

Nicolas d’Amiens par RB > Glorieux < Denifle (sans identification de ms.) < d’après le ms. perdu de St-Omer (cf. manuscrits)  par l'Hist. litt. (1763) qui renvoit à < «[Carolus Ludovicus Hugo], Sacri et canonici ordinis Praemonstratensis annales in duas partes divisi, t. 2, Nancy, 1736, p. 558» [le volume, cité par Hist. litt. (1763), est introuvable dans les bibliothèques romaines ; il manquait à la BAV lors de mon séjour en 2005-2007]. 

et, selon une hypothèse d’H. Denifle, d’un commentaire de la GGP sur les épîtres pauliennes dont Denifle déduit l’attribution de l’existence du commentaire des Psaumes de St-Omer (cf. infra). – † après 1203/1204 (Hist. litt. France, 1847). RB-5670-5684 inc. Sicut legis ita).

Les deux manuscrits conservés étant anonymes, l’attribution par l’Histoire litéraire, bien que plausible, ne repose que sur des conjectures. Aucun rapprochement n’a pu être opéré avec le De arte catholicae fidei, seule œuvre attribuée avec certitude à Nicolas d’Amiens. La théologie de l’Incarnation des deux œuvres sont très différentes. Le De arte utilise une seule fois, à propos de la théologie des noms divins, un terme, qui se retrouve dans le prologue du commentaire des Psaumes: «Accidentia [de Deo ] […] appellari debent communi nomine transsumpto a substantia potius quam ab accidente.» (De arte VI, 12, p. 116.7). Le rapprochement est si ténu et isolé qu’il plaide en défaveur de l’attribution à Nicolas. La comparaison avec le style du commentaire des épîtres pauliniennes dont Denifle a publié des extraits (n° 19, p. ), est plus troublant: on y retrouve la même alternance de lemme de GGP et de brèves explications. Toutefois l’attribution de ces textes est totalement gratuite, puisque, d’une part, aucune source écrite ne permet de fonder l’existence d’un commentaire des épîtres par N. et que, d’autre part rien ne permet d’établir un lien entre le commentaire des Psaumes étudié ici et le manuscrit perdu de St-Omer. Le seul point commun entre ces documents est la référence à la GGP.

Répertoire:

RB-5669  = RB-2512

Glorieux, Rép. théol., n° 107.

Manuscrits:

Alençon, BM 22, f. 1r-79v (xiie s., prov. St-Evroult 54): Anon., Prol., in Ps. 1-77. - CGM.

$Vatican, BAV, Ottob. lat. 863, f. 1ra-55vb (xiie s. ¾ ): Anon., Prol., in Ps. 1-62,7. Lemme de la GGP souligné de noir; nombreuses lignes laissées blanches aux ff. 39va, 40ra, 43rb, 44rb, 45ra, 45va 52ra, 53vb, 54ra, 54va, 55va, 56ra, 56va. Les cahiers sont de 8 ff. (pas de mutilation constatée au f. 1 qui commence par Spiritus Sanctus assit nobis gratia dans la marge supérieure, de première main.

Olim: St-Omer, Cathédrale d’après Hist. litt. (1763) qui mentionne un ms. «de l’église de St-Omer. Dans l’exemplaire de ce dernier dépôt, le Commentaire de Gilbert [GGP] se trouve confondu avec un autre de Nicolas d’Amiens, son disciple, destiné à l’expliquer»; Denifle a cherché en vain à retrouver ce ms. Il y a tout lieu de penser, d’après cette description, qu’il s’agit d’un Psautier glosé complété par des scolies.

Édition (prologue): Corpus prol.

2° Anon., In Glosa Lombardi Ps.118,1-150

Répertoire: RB-5668 et 9441 .

Manuscrits: Klosterneuburg, Stiftsbibl., 18, f. 210-225 (xiiie s., prov. OSA).

Bibliographie:

M. Morard, La harpe des clercs, thèse Paris IV-Sorbonne, 2008, p. 1636-1638.

H. Denifle, Die abendländischen Schriftausleger, p. 345-346 (indentification de Nicolas d’Amiens sur la miniature du ms. Valenciennes, BM 197(189) où on lit «… hii tres et ille quartus intensiore studio attenti mentis acie perspicacissima et sola veritatis specie tracti sub Pictavensi episcopo digni viguerunt discipuli quorum anime requiescant in pace… Nicholaus qui pro dignitate sua archanis Pictavensis episcopi sententiis, ut digni intromittantur ad eas, lucem plene expositionis infudit»; mais Denifle n’identifie aucun manuscrit pour le commentaire des Ps.

Hist. litt. de la France 21 (1847) 659 : [données biographiques d’après Chronica : N. Ambiatensis, BAV, Reg. lat. 454, f. 286r].

°Hist. litt. de la France 17 (1832) 1-5: N. disciple de Gilbert de Poitiers, auteur d’un ars fidei catholicae;

Hist. litt. de la France 12 (1763-1869) 473 : mention du commentaire de Nicolas, distinct de celui de Gilbert d'après Hugo, cit. supra, t. 1, p. 412 et  2, p. 558.


Comment citer cette page ?
Martin Morard, Commentaires de la Glossa media attribués à Nicolas d'Amiens (fl. 1187 - †1191), disciple de Gilbert de la Porrée in : Sacra Pagina, IRHT-CNRS, 2024. Consultation du 24/05/2024. (Permalink : https://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/page.php?id=174)