Bibliotheca Sacra. Éditions et versions du Texte de la Bible latine

Page créée le 1.3.2023, mise à jour le 1.3.2024 (version 8).

 



 

 

Cette bibliographie, non exhaustive, permet d’identifier les ouvrages cités sur le site Sacra Pagina-IRHT concernant la Bible latine.


Voir aussi : Bibliographie de la Bible glosée et des bibles avec commentaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


0.      Généralités

1.      Le canon des Ecritures

2.      Les prologues

3.      Vetus latina

4.      Vulgate  Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé)

Ancien Testament

Nouveau Testament

5.      Vulgate Editio minor

Ancien Testament

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires

6.      Troisième et Quatrième livre d'Esdras (omis par l'editio maior) :

7.      Vetus latina hispana

8.      Les bibles ‘atlantes’

9.      La Bible au XIIe siècle

10.         Bibles portatives dites ‘bibles de poches’ / bibbie tascabile

11.         Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’

12.         La Bible de Gutenberg

13.         Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central

14.         Bible moralisée

15.         Autres éditions en ligne

16.         La Neo-Vulgate

17.         Les Nouveaux Testaments latins-grecs

18.         La « Bible liturgique »

19.         Versions non latines

Editions de référence

Versions juxta linéaires

Autres sites

 

 

0.     Généralités

¶A lire comme introduction générale :

Bogaert 1988 : Bogaert (Pierre-Maurice), "La Bible latine des origines au moyen âge. Aperçu historique, état des questions", RTL 19 (1988) 137-159; 276-314. [à lire absolument]

Boynton – Reilly 2011 : The Practice of the Bible in the Middle Ages. Production, Reception and Performance in Western Christianity, Susan Boynton, Diane J. Reilly (ed.), New York, Columbia University Press, 2011, 364 p., avec index des manuscrits et index des termes et thèmes.

Dahan 1999 : G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIe-XIIIe s., Paris, 1999, p. 161-238

Gryson-Bogaert 1999 : R. gryson et P.-M. Bogaert, éd., Recherches sur l’histoire de la Bible latine (coll. Cahiers de la Revue théologique de Louvain, 19), Louvain-la-Neuve, 1987.

Houghton 2016 : H. A. G. Houghton, The Latin New Testament. A Guide to its Early History, Texts and Manuscripts, Oxford, 2016.

1.     Le canon des Ecritures

Loisy (Alfred), Histoire du canon de l’Ancien Testament, Paris, 1890 [Reste utile pour une première approche historiographique de la question et pour le panorama qu’il offre de la question des origines à la période moderne, révolutionnaire pour son temps. Ses affirmations sont sujettes à caution et doivent être vérifiées, en particulier en ce qui concerne la chronologie et l’identification des textes].

Berger (Samuel), Histoire de la Vulgate, 1893, p. 301-306 et 331-342.

La Bonnardière (A.-M.), «Le canon des divines Écritures», dans La Bible de tous les temps 3, p. 287-301. [Le canon chez les Pères]

Dahan (G.), L’exégèse chrétienne de la Bible, p. 56-65.

Bogaert 2000 : P.-M. Bogaert, « Les livres d’Esdras et leur numérotation dans l’histoire du canon de la Bible latine », Revue bénédictine, 110 (2000), p. 5-26 et la bibliographie citée dans cette étude.

Bogaert 2015 : P.-M. Bogaert, « IV Esdras (2 Esdras ; 4-5-6 EZRA) dans les bibles latines », Revue bénédictine, 125 (2015), p. 266-304.

¶Pour des informations plus à jour, voir la bibliographie citée par G. Dahan et G. Dorival et al., La Bible grecque des Septante, 1988, p. 321-329.

Le canon de la bible médiévale reste un terrain de recherches encore peu exploité, sans doute en raison de sa très grande complexité technique. Pour un essai appliqué au Psautier, voir

Morard (Martin), La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en Histoire, Paris-IV - Sorbonne, 2008, 3 vol.,  p. 1247-1270.

2.     Les prologues

De Bruyne : Donatien De Bruyne, éd., Préfaces de la Bible latine, Namur, 1920 ; reprint. Brepols, 2015 (Studia Traditionis Theologiae, 19)

Andrés Sanz 2019 : María Adelaida Andrés Sanz, « Les préfaces de la Bible latine dans le haut Moyen Âge hispanique », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 150 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/3020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3020

3.     Vetus latina

¶Collection de référence : VETUS LATINA Die reste der Altlateinischen Bibel

Vetuslatina.org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne

Catalogue des manuscrits :

Roger Grison, Altlateinische Handschriftent. Manuscrits Vieux latins. t. 1 : Ms. 1-275 (Vetus latina 1/2A), Freiburg (D), 1989 ; t. 2 : Ms. 300-485 : Psautiers (Vetus latina 1/2B), Freiburg (D), 2004.

Edition critique

·         3Esr.=Ezra I = LXX Alpha !  VL6/2 : Bonifacia Gesche, ed., Esra I (Vetus Latina. Die Reste der altlateinischen Bibel. 6/2, fas. 1, 2, 3, 4), 2008, 2010, 2012, 2016 [édition critique synoptique des versions de 3Esr. = LXX Alpha. Aucun des manuscrits de la Bible du Moyen Âge tardif n’a été pris en compte par cette édition.]

·         Is. Vetus latina 12/1. Esaias 1 :1-14 :13 Roger Gryson. 1987-1990

o   Esaias 1:22 – 5:7. Roger Gryson. 1987

o   Esaias 5:8 – 7:14. Roger Gryson. 1988

o   Esaias 7:14 – 10:19. Roger Gryson. 1989

o   Esaias 10:20 – 14:13. Roger Gryson. 1990

o   Esaias 14:13 – 22:5. Roger Gryson. 1991

o   Esaias 22:5 – 26:20. Roger Gryson. 1991

o   Esaias 26:20 – 30:15. Roger Gryson. 1991

o   Esaias 30:15 – 35:5. Roger Gryson. 1993

o   Esaias 35:3 – 39:9. Roger Gryson. 199312/2. Esaias 40-66

o   Esaias 40:1 – 41:20. Roger Gryson. 1994

o   Esaias 41:21 – 44:4 Roger Gryson. 1994

o   Esaias 44:5 – 46:13. Roger Gryson. 1995

o   Esaias 46:13 – 50:3. Roger Gryson. 1995

o   Esaias 50:4 – 53:3. Roger Gryson. 1996

o   Esaias 53:3 – 54:17. Roger Gryson. 1996

o   Esaias 54:17 – 58:8. Roger Gryson. 1996

o   Esaias 58:8 – 61:10. Roger Gryson. 1997

o   Esaias 61:10 – 65:23. Roger Gryson. 1997

o   Esaias 65:23 – 66:24. Roger Gryson. 1997

·         Sir (VL 11/2)

o   Sir. 1-19 (VL 11/2)

o   Sir. 20-24 (VL 11/2)

·         Evangiles : Aidano Gasquet, Codex Vercellensis,  iamdudum ab irico et bianchino bis editus denuo cum manuscripto collatus in lucem profertur, Rome, 1914 (Collectanea biblica latina, 3)

4.     Vulgate  Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé)

·         J. Gribomont, « Les éditions critiques de la Vulgate », Studi Medievali, 2 (1961), p. 363- 377.

Ancien Testament

·         Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Pii P. XI-Ioannis Pauli II, ed. monachorum abbatiæ pontificiæ Sancti Hieronymi in Urbe OSB, 18 vol., Typis Polyglottis Vaticanis, Romæ, 1926-1987.    
I. Genesis -- II. Exodus. Leviticus -- III. Numeri. Deuteronomium -- IV. Iosue. Iudicum. Ruth -- V. Samuhel -- VI. Malachim -- VII. Verba dierum -- VIII. Ezras. Tobias. Iudith -- IX. Hester. Iob -- X. Psalmi -- XI. Proverbia. Ecclesiastes. Canticum canticorum -- XII. Sapientia. Sirach -- XIII. Isaias -- XIV. Hieremias. Lamentationes. Baruch -- XV. Hiezechiel -- XVI. Danihel -- XVII. Duodecim prophetae -- XVIII. Libri I-II Macchabeorum

Nouveau Testament

·         [Edition 'Wordsworth-White'] : Novum testamentum domini nostri Iesu Christi latine secundum editionem sancti Hieronymi, Johannes Wordsworth et Henricus Iulianus White ed., Oxford, 1889-1954:

o   t. 1 : Evangelia, Oxford, 1899 ;

o   t. 2 : Paul.: t. 2, Oxford, 1954, ed. Hedley Frederick Davis Sparks ;

o   t. 3 : Act. Epcan. Apc.,  1954.

¶ATTENTION : seule cette édition fait référence par le nombre des témoins collationnés ; l'édition manuelle (Edminor.) en 1 volume ne propose que des apparats fortement allégés.  Voir ci-après

5.     Vulgate Editio minor

Ancien Testament 

Editio minor Weber : édition critique manuelle, dont le texte présente quelques variantes par rapport à celui de l’Editio maior, avec pparat du texte réduit  : Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert Weber, Roger Gryson, ed. cum B. Fischer; H.I. Frede, Iohannes Gribomont, H. F. D. Sparks, W. Thielke, 4e éd., Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1969-1994.

[Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé].

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires

Editio minor Weber : édition manuelle avec apparat critique réduit  ; le texte est celui de l'Edmaior. de Wordsworth dont les apparats ont été modifiés. Deux témoins de Wordsworth ne sont plus pris en compte (H D), d’autres, de nombreux autres ont été collationnés. Les témoins du 13e siècle ont été complètement écartés : Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert Weber, Roger Gryson, ed. cum B. Fischer; H.I. Frede, Iohannes Gribomont, H. F. D. Sparks, W. Thielke, 4e éd., Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1969-1994.

Editio minor Wordsworth (édition critique manuelle en un volume avec texte de l'édition maior de Wordsworth, légèrement retouché et un apparat critique du texte réduit à la collation de neuf témoins déjà cités dans l’Edmaior avec les même sigles (Amiatinus, Cava...) et deux éditions, nouvelles par rapport à l’Edmaior. (Sixtina et Clementina) : Novum Testamentum latine, Oxford, 1911

Evangiles : Edition Gloss-e (work in progress) : édition scientifique du texte parisien du 13e siècle, fondée sur la collation de ΩMSJ Li (Linz 446-449 : Catena aurea) et de quelques autres manuscrits. Le texte biblique et ses apparats sont intégrés dans l’édition électronique en ligne de la Glossa ordinaria.

6.     Troisième et Quatrième livre d'Esdras (omis par l'editio maior) :

Bruno Violet ed., Die Esra-Apokalypse (IV. Esra), t. 1, Leipzig, 1910 (Die griechischen christlichen Schriftsteller der ersetn dei Jahrhunderte) [édition critique polyglotte avec versions latines, l'une des éditions utilisées pour l'editio minor]

Sixdenier (Guy-Dominique), « Le IIIe livre d'Esdras et la Vulgate  de Stuttgart », Revue des Études Anciennes 71 (1969) n°3-4, p. 390-401.

7.     Vetus latina hispana

8.     Les bibles ‘atlantes’

¶Pas de texte édité mais de nombreuses études.

Maniaci (Marilena), Orofino (Giulia), dir., Le Bibbie Atlantiche: il libro delle Scritture tra monumentalità e representazione, Milano, 2000.

......

9.     La Bible au XIIe siècle

Gameson, Richard, dir., The early medieval Bible: its production, decoration and use, Cambridge University Press, United Kingdom, 1994-2009 [pour une approche synthétique de qualité]

10.                      Bibles portatives dites ‘bibles de poches’ / bibbie tascabile

¶Collations partielles de quelques bibles portatives dans la BLAMAT (Bible latine du Moyen Âge tardif) : ΩD ΩF ΩG ΩR

¶Beaucoup d’études sur la production manuscrite et la codicologie ; certaines ont des implications importantes sur l’histoire du texte. En particulier

RUZZIER, Chiara, “Des armaria aux besaces: la mutation de la Bible au XIIIe siècle”, in: Les usages sociaux de la Bible, XIe-XVe siecle (= Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LAMOP, 3) (Paris, 2010), p. 73-111.

RUZZIER (Chiara), “The Miniaturisation of Bible Manuscripts in the Thirteenth Century: A Comparative Study”, in: Form and Function in the Late Medieval Bible, ed. E. POLEG and L. LIGHT, Library of the Written Word, 27; The Manuscript World, 4 (Leiden and Boston, 2013), p. 105-125.

RUZZIER (Chiara), « Quelques observations sur la fabrication des bibles au XIIIe siècle et le système de la Pecia », Revue bénédictine, t. 124, (2014), p. 151-189. [voir Ruzzier 2022 et Morard CR de Ruzzier 2022]

Ruzzier (Chiara), Entre université et ordres mendiants. La production des bibles portatives latines au XIIIe siècle, Berlin-Boston, 2022 (Manuscripta biblica 8) [Recension : M. Morard, Revue Mabillon 2023 (en 6 pages) et version longue plus argumentée sur Sacra Pagina-IRHT]

11.                      Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’

¶Pour le Nouveau Testament, les manuscrits tardifs, principalement Ω de l’Edition critique de la Vulgate, ne sont pas collationnés par les éditions critiques imprimées (Wordsworth, Weber). Pour y suppléer, voir 

·         12e-15e siècle :  Ω Bible parisienne ou bible universitaire : inédit. Voir désormais :

M. Morard, ed., Biblia communis : Bible latine du Moyen Âge tardif, 2022-2023 sur le site Gloss-e Sacra Pagina  
[L’édition en cours de la  Glose ordinaire est accompagnée d’un texte biblique qui reconstitue le texte en usage avant 1481 avec une sélection de variantes permettant d’identifier les variations du texte biblique entre le 12e et le 15e siècle (consulter les variantes signalées en note ; la recherche avancée du site permet d’interroger à partir le texte édité et ses apparats). Cette édition tend à compiler les leçons en circulation dans les bibles de la fin du Moyen Âge (à partir de la fin du 12e siècle) et à reconstituer le texte parisien ou universitaire, d’où le titre de Biblia communis qui renvoie à la notion de Littera communis utilisé, notamment par le correctoire de Guillaume de Mara pour désigner le textus receptus virtuel de la Bible au Moyen Âge. Le texte de la Biblia communis est établi progressivement à partir du texte biblique de la Biblia latina cum glossa ordinaria, Rusch 1480, proche, mais différent du texte de la Bible à 42 ligne de Gutenberg (Ed1455), collationné avec l’édition minor de Weber-Grison (Stuttgart 1994) et des manuscrits témoins des versions de la fin du Moyen Âge (13e et 14e siècle) qu’on appelle «Bible Parisienne» ou « Universitaire ». Pour chaque livre l’état d’avancement des collations et les témoins utilisés sont mentionnés dans une notice-chapeau :  « A propos de cette édition » (hyperlien clicable au début de chaque livre biblique). Le texte édité est une reconstitution d’éditeur. L’apparat critique tient compte des fragments d’exemplars et des leçons du texte mis en circulation par le commerce du livre parisien (stationnaires) qui a fait l’objet de continuelles révisions et interpollations, notamment à partir  des corrections franciscaines et dominicaines entreprises dans le contexte scolaire ou para-universitaire à partir des années 1230 du 13e siècle.]

·         1452-1455 : Bible à 42 lignes : Biblia vulgata, Gutenberg, 42 lin., Mainz, 1455,

o    t. 1 : Gn.-Rt. ;

o    t. 2 : 1-4Rg.-Ps. ;

o    t. 3 : Prv.-Mal. ;

o    t. 4 : NT

Sur l’histoire de cette édition et de ses exemplaires : E. White, Editio princeps: A History of the Gutenberg Bible, Turhout, 2017 (Harvey Miller Studies in the History of Culture)

·         1462 : Biblia vulgata, Fust et Schoeffer, Mainz, 1462 ;

o    t. 1 : Gn.-Ps.,

o    t. 2 : Ps.-Apc.

·         1481 : Biblia cum glossa ordinaria Walafridi Strabonis aliorumque et interlineari Anselmi Laudunensis [Strasbourg, Adolf Rusch pro Antonio Koberger, 1481 (23 septembre)], 4 vol. [GW 4282]. exemplaire de Erfurt/Gotha, Universitäts- und Forschungsbibliothek,

!! texte plus proche des versions en circulation à partir du 13e siècle (Bible parisienne, Bible universitaire) : texte interrogeable sur le site http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php

o    Octateuque t. 1, cote : Inc 00083 (01) ;

o    Livres historiques Job Psaumes  t. 2, cote : Inc 00083 (02) ;

o    Livres sapientiaux + prophètes t. 3, cote : Inc 00083 (03) ;

o    Nouveau Testament t. 4, cote : Mon.typ s.l.et a. 2° 00011

·         1514 : Bible polyglotte d’Alcala (Biblia Complutensis) [Alcala, 1514-1517]

o    Pentateuque (t. 1)

o    Josué-Sir. (t. 2)

o    Isaïe- 2Mcc. (t. 3)

o    Nouveau Testament (t. 4)

o    Vocabularium hebraicum latinum (t. 6)

·         1592 : CLEMENTINE : Biblia Sacra vulgatae editionis, Romae, 1592

12.                      La Bible de Gutenberg

¶Le texte de la Bible de Gutenberg a été collationné par les éditeurs critiques de la Vulgate de l’Ancien Testament. Le travail est en cours pour le Nouveau Testament dans le cadre de la BLAMAT : La Bible latine du Moyen Âge tardif (en ligne Sacra Pagina CNRS : Biblia communis)

Heinrich Schneider, Der Text der Gutenbergbibel zu ihrem 500järigen Jubiläum untersucht, Bonn, 1954, (Bonner biblische Beiträge, 7).

·         Jensen 2003 :  Kristian Jensen, « Printing the Bible in the Fifteenth Century: Devotion, Philology and Commerce », in Incunabula and Their Readers: Printing, Selling and Using Books in the Fifteenth Century, ed. Kristian Jensen, London,  The British Library, 2003, p. 115-138 [rapports texte, commerce et possesseurs à propos des bibles du 15e s.]

·         Needham 1999: Paul Needham, « The Changing Shape of the Vulgate Bible in Fifteenth-century Printing Shops”, in :The Bible as Book: The First Printed Editions, ed. Kimberley van Kampen, Paul Saenger, London, 1999, p. 53-70.

·         Needham 1987 : Paul Needham, « The Text of the Gutenberg Bible », in Trasmissione dei testi a stampa nel periodo moderno, vol. II: Il seminario internazionale Roma-Viterbo 27-29 giugno 1985, ed. Giovanni Crapulli, Rome, 1987, p. 43-84.

·         Weber 1979 : Robert Weber, « Der Text der Gutenbergbibel und seine Stellung in der Geschichte der Vulgata”, in: Johannes Gutenbergs zweiundvierzigzeilige Bibel, Faksimile-Ausgabe nach dem Exemplar der Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz Berlin: Kommentarband, ed. W. Schmidt, F. A. Schmidt-Künsemüller, Munich, 1979, p. , 9-31. [relations avec la Vulgate et liste des textes contenus dans la Bible de Gutenberg]

·         Schneider 1954 : Heinrich Schneider,  Der Text der Gutenbergbibel zu ihrem 500jährigen Jubiläum, Bonn, 1954, 120 p.  [à lire avec les précisions de Weber 1979]

13.                      Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central

¶Sur les correctoires : se reporter aux études de Gilbert Dahan citées infra et aux apparats de la Bible latine du Moyen Âge tardif en cours d’édition sur le site Sacra Pagina (Gloss-e). – Une abondante et redondante bibliographie a été consacrée à Nicola Maniacoria.

Editions

·         Nicola Maniacoria(Nicolaus Maniacutius), : Libellus de corruptione et correptione Psalmorum, V. Peri ed., «Correctores immo corruptores. Un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo», Italia Medioevale e Umanistica 20 (1977), 88-125. [voir aussi infra]

·         Nicolaus Maniacoria, Suffraganeus Bibliothecae, Cornelia Linde, éd., Turnhout, 2013 (CCCM 262)

·         Correctoires du 13e siècle : outre les apparats de l’editio maior de la Vulgate, se reporter aux apparats du texte biblique édité dans Sacra Pagina (Gloss-e) qui incluent la collation intégrale de livres bibliques des correctoires Sorbonne 1, Sorbonne 2, Guillaume de Mara, bible de St-Jacques (ΩJ) etc. Nombreux sondages dans les études de Gilbert Dahan citées ci-dessous.

Bibliographie générale :

·         Vercellone 1860 : Carlo Vercellone, « Fragments de la version italique: nouvelle découverte », dans Analecta iuris pontificii 4e série, t. 2/2, Rome, 1860, p. 1695-1703.

·         Vercellone 1861 : Vercellone (Carlo), Variae Lectiones Vulgatae Latinae Bibliorum Editionis Romae, t. 1: Pentateuchum ; t. 2 : Ios.-Rg., Romae, 1860-1864 [précieuse base de données avant la lettre de leçons puisées dans la littérature ecclésiastique médiévale et les éditions imprimées. Relève surtout les variantes des bibles latines imprimées et les leçons des correctoires de Guillaume de Mara et Hugues de Saint-Cher.]

·         Martin (Jean-Pierre Paulin), Introduction à la critique générale de l’Ancien Testament: De l'origine du Pentateuque, 2 vol., Paris, 1887-1889. [pour mémoire]

·         Martin (Jean-Pierre Paulin), La Vulgate latine au XIIIe siècle d'après Roger Bacon, Paris, 1888.

·         Martin (Jean-Pierre Paulin), « Le texte parisien de la Vulgata latine », Le Museon, 8 (1889) 444-466 ; t. 9 (1890), p. 301-316.

·         Denifle 1888 : Heinrich Denifle, « Die Handschriften der Bibel-Correctorien des 13. Jahrhunderts », Archiv für Litteratur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 4 (1888), p. 263-311, 471-601 [étude fondatrice et encore indépassée].

·         Linde 2013 : Linde (Cornelia), How to Correct the Sacra Scriptura? Textual Criticism of the Bible between the Twelfth and Fifteenth Century, Oxford, 2012 (Medium Aevum Monographs, 29) [Parcours cavalier et synthétique fort utile pour entrer dans la problématique]

·         Quentin 1922 : Henri Quentin, Mémoire sur l’établissement du texte de la Vulgate, Rome-Paris, 1922 (Collectanea biblica 6).

·         Quentin 1926 : Henri Quentin, Essais de critique textuelle (ecdotique), Paris, Picard, 1926.

·         Light 2001: Laura Light, « Roger Bacon and the Origin of the Paris Bible", Revue bénédictine, 111/3-4 (2001), p. 483-507

12e siècle : Nicolas Maniacoria : Libellus de corruptione et correptione Psalmorum et aliarum quarundam scripturarum

·         Fiesoli 2011 : Giovanni Fiesoli, « La « lectio divina » cisterciense da Stefano Harding a Nicolò Maniacutia », Medievo e Rinascimento N. S., 22 (2011), p. 161–197 (179–197) ;

·         Fiesoli 2012 : Giovanni Fiesoli, « La « lectio divina » cisterciense e la rilettura bessarionea », Medievo e Rinascimento N. S., 23 (2012), p. 13–36.

·         Guglielmetti 2008 : Francisco Rico, Rossana Guglielmetti, Vittorio Peri, « Nicolò Maniacutia. Corruzione e correzione dei testi », Ecdotica 5 (2008), p. 267-298  (272–287) (traduction italienne partielle et blabla)

·         Linde 2013 : Cornelia Linde, « Basic instruction and Hebrew learning. Nicolaus Maniacoria’s ‘Suffraganeus Bibliothecae’, Recherches de théologie et philosophie médiévales, 80 (2013), p. 1–16.

·         Linde 2013 : Linde (Cornelia) « Some observations on Nicola Maniacutia’s « Suffraganeus Bibliothece », Lucie Doležalová – Tamás Visi, dir., Retelling the Bible. Literary, historical, and social contexts, Frankfurt am Main e. a., 2011, p. 159–168.

·         Mercati1898 :Mercati (Giovanni), art. « Maniacoria Nicola. (Manjacoria, Manicoria, Mangiacoze, Maniccutius, Magnacucius ?) », Dizionario bibliografico degli scrittori italiani, Serie I, n. 4, Socità bibliografica italiana, Milano 1898, [repris dans Id., Opere Minori, t. 2 (1897-1902), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1937 (Studi e Testi, 77), p. 48-49].

·         Peri 1962: Peri (Vittorio), «Notizia su Nicola Maniacutia autore ecclesiastico Romano del xii secolo», Ævum 36 (1962), 534-538.

·         Peri 1967: Peri (Vittorio), «Nicola Maniacutia: un testimone della filologia romana del xii secolo», Ævum 41 (1967), 67-90.

·         Peri1977 : Peri (Vittoro), « Correctores immo corruptores : un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo », Italia Mediœvale e Umanistica 20 (1977), 19-87.

·         Peri1962 : Peri (Vittorio), « Notizia su Nicola Maniacutia autore ecclesiastico Romano del xii secolo », Ævum 36 (1962), 534-538.

·         Peri1967 : Peri (Vittoro), « Nicola Maniacutia : un testimone della filologia romana del xii secolo », Ævum 41 (1967), 67-90.

·         Van den Gheyn 1899 : J. Van den Gheyn, « Nicola Maniacoria correnteur de la Bible », Revue biblique 8 (1899), p. 289-295 [sur le ms. de Bruxelle du Suffraganeum]

·         Weber1953 : Weber (Robert), «Deux préfaces au Psautier dues à Nicolas Maniacora», RBén. 63 (1953), 3-17.

·         Weber1975 : Weber (Robert),  « Un nouveau manuscrit de la révision du psautier Iuxta hebræos due à Nicolas Maniacoria », RBén. 85 (1975), 402-403.

·         Wilmart 1921 : Wilmart, Nicolas Manjacoria cistercien a Trois-Fontaines Rev. Bén., t. 33,1921, p. 136-143.article pionnier et fondamental

13e siècle  :

·         Dahan 1992 : G. Dahan, « La connaissance de l’hébreu dans les correctoires de la Bible du xiiie siècle. Notes préliminaires», Revue théologique de Louvain, 23 (1992), p. 178-190 [repris dans Rashi, 1040-1090, hommage à E. Urbach, 4e congrès européen d’études juives, textes édités par G. Sed-Rajna, 1994, p. 567-578].

·         Dahan 1997 : G. Dahan, « La critique textuelle dans les correctoires de la Bible du XIIIe siècle », dans Langages et philosophie : hommage à Jean Jolivet, dir. A. de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal, Alain Galonnieri, Paris, 1997, p. 365-392.

·         Dahan 2004A : «Sorbonne II. Un correctoire biblique de la seconde moitié du XIIIe s.», dans La Bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi, 2004, p. 113-153.

·         Dahan 2004B : Gilbert Dahan, «Les textes bibliques dans le lectionnaire du ‘Prototype’ de la liturgie dominicaine», dans Boyle-Gy 2004, p. 159-182.

·         Dahan 2005 : G. Dahan, "Les éditions des commentaires bibliques de saint Thomas d'Aquin : leur apport à la connaissance du texte de la Bible au XIII siècle", Revue des sciences philosophiques et théologiques, 89, 2005, p. 9-15.

·         Dahan 2006 : Gilbert Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, 2006, p. 103-128.

·         Dahan 2006 : G. Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout, 2006, p. 103-128.

Voir en ligne : Bibliographie de Gilbert Dahan - CNRS

14.                      Bible moralisée

¶La Bible moralisée est un gigantesque ‘manga’ biblique pour nurseries royales organisé selon l’ordre du canon biblique. Elle n’a fait l’objet que d’une diffusion confidentielle : une quinzaine de manuscrits latins et français qui associent à l’image des textes explicatifs. Ceux-ci privilégient l’allégorie morale, c’est-à-dire l’appropriation du message biblique au contexte social du 13e siècle. La Bible moralisée ne reproduit pas le texte intégral de la Bible, mais seulement quelques versets par chapitre, certains sous forme de citations littérales abrégées, d’autres sous formes de résumés. On trouvera sur internet une bibliographie très abondante. Une édition compilatoire et comparée du texte des Bibles moralisées est en préparation sous la direction d’Antoine d’Estamberg (CNRS-Université d’Artois).

J. Lowden, The Making of the Bibles Moralisées, University Park (Pa.), 2000.

15.                      Autres éditions en ligne

Moteur de recherche Vulsearch : édition de la Vulgate Sixto-Clémentine d’après l’édition de 1598. Très pratique mais incomplet (manque une partie des deutérocanoniques, pourtant inclus dans l’édition de la Sixto Clémentine, notamment les livres d’Esdras). La ponctuation interrompt les chaînes de caractères recherchées. A utiliser pour identifier les références, mais à éviter quand il faut citer le texte en usage avant le concile de Trente pour lequel on pourra se référer désormais à la Biblia communis. Bible latine du Moyen Âge tardif.

Pour le Psautier, utiliser de préférence l’édition de la Biblia communis (Bible latine du Moyen Âge tardif. Sacra-Pagina 1 (Gloss-e) qui restitue la stichométrie du psautier liturgique.

16.                      La Neo-Vulgate

La Bible latine publiée sous le nom de "NOVA VULGATA Bibliorum sacrorum editio typica" publiée en 1979 sous l'autorité du pape Jean-Paul II n'a aucune utilité pour les études historiques de la Bible latine médiévale. Il  ne s'agit pas d'un témoin du texte médiéval de la Bible, mais plutôt d'un texte recomposé à partir des principes exégétiques et pastoraux modernes. Ce texte a pourtant été repris comme version latine du Nouveau Testament bilingue de l’édition Nestlé-Aland (voir ci-dessous) ; sur cette version pour le Nouveau Testament latin, cf.

17.                      Les Nouveaux Testaments latins-grecs

¶Il faut signaler comme particulièrement pratiques deux versions du Nouveau Testament Latin-grec

NESTLE-ALAND : Novum Testamentum graece et latine, ed. Kurt Aland et Barbara Aland, Münster (Westphalie), Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1979 (nombreuses rééditions)

Le texte latin est celui de la Néo-Vulgate avec en note un apparat minimaliste et dénué de tout intérêt (C = Sixto Clémentine, W = Wordsworth, S = edminor. Weber)

A ne pas confondre avec l’édition Weber également publiée à Stuttgart)

MERK : Novum Testamentum graece et latine, Augustin Merk, Rome, 11e ed. 1992 (nombreuses rééditions)

Plus difficile à trouver, mais à utiliser de préférence avec un apparat plus riche et plus aisément consultable, spécialement pour le texte latin.

18.                      La « Bible liturgique »

https://www.aelf.org/bible

La Bible, Traduction officielle liturgique, Mame, 2013         
Traduction liturgique officielle en français de la Bible sur le site de l'Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones. Cette traduction, obligatoire toujours et partout dans les célébrations liturgiques, fruit d’un travail de commission de 17 années, par 70 exégètes, se présente modestement comme une « nouvelle Septante ». Un exemple éloquent de la priorité de la communauté réceptrice sur les héritages anciens dans les usages liturgiques contemporains. Inutile de dire que ce texte, hormis le fait qu’il se lise agréablement, n’est d’aucune utilité pour les études médiévales. Le texte des lectures liturgiques antérieures à l’imprimerie n’a jamais fait l’objet de normalisation de ce type.

19.                      Versions non latines

Editions de référence

·         Bible polyglotte d’Alcala (Biblia Complutensis) [Alcala, 1514-1517]

Versions juxta linéaires

·         StepBible morphological Bible (permet d’afficher et de lemmatiser plusieurs versions linguistiques de la Bible : très utile)

·         HEBREU-ANGLAIS : Bible (Ancien Testament) version juxtalinéaire hébreu-anglais

·         GREC-ANGLAIS : Bible (Nouveau Testament) version juxtalinéaire grec-anglais

Autres sites

!! La recherche est interrompue par la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur


Comment citer cette page ?
Martin Morard, Bibliotheca Sacra. Éditions et versions du Texte de la Bible latine in : Sacra Pagina, IRHT-CNRS, 2024. Consultation du 24/05/2024. (Permalink : https://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/page.php?id=162)